La famille des Hamamélidacées

Cette famille comprend 23 genres et 100 espèces. Ses origines sont variées : Afrique, Madagascar, Proche-Orient, Asie, Indonésie, Nouvelle-Guinée. 5 genres sont relativement connus en France : Corylopsis, Fothergilla, Hamamélis, Liquidambar et Parrotia.  Etymologiquement, le nom de la famille vient du grec hamamelis qui signifie néflier.

Corylopsis

Cet arbuste au port particulier d’abord érigé puis horizontal est très gracieux avec ses petites grappes retombantes de fleurs jaunes au parfum de primevères s’épanouissant avant l’arrivée des feuilles.

Besoins vitaux : une terre légère et acide enrichie en tourbe et en sable, dans un ecorylopsis, ndroit abrité du soleil brûlant de l’été.

Entretien : outre une exposition ombragée et des arrosages fréquents, il apprécie un épais paillage de feuilles mortes à l’automne.La taille n’est pas nécessaire, un nettoyage des fleurs fanées et des feuilles abîmées est suffisant Sa pousse étant lente ( il atteint 1,5 m au stade adulte), il peut se cultiver en grands pots sur une terrasse.

Meilleures variétés :

  • C.Pauciflora : le plus courant avec ses petites grappes de fleurs qui s’épanouissent en mars.
  • C.Sinensis : très parfumé.
  • C.Willmottiae : très florifère, feuilles naissantes d’un très beau pourpre.

Fothergilla

Il tient son nom du Dr Fothergill (18ème siècle) qui cultiva en Essex (GB) une des premières collections. Cet arbuste d’origine américaine gagne à être connu. C’est au tout début du printemps qu’il fleurit en épis jaunes ou blancs délicieusement parfumés. Les feuilles prennent de riches tons en automne.

Besoins vitaux : une terre humifère, perméable, neutre ou acide ; préférence pour la mi-ombre

Entretien : il suffit d’aérer le centre de l’arbuste par une légère taille.

Meilleures variétés :

  • F.Gardenii : convient aux petits jardins (culmine à 0,60 m)
  • F. major : sa floraison blanche et parfumée apparaît au mois d’avril, ses feuilles se parent de rouge et d’or en automne. Il atteint 2 m de hauteur.

Hamamélis ou « noisetier des sorcières »

Plus fin que le forsythia, voilà un curieux arbuste qui présente l’avantage d’être parfumé. Malgré sa silhouette alanguie et sa croissance lente il est parfaitement rustique. Ses drôles de petites fleurs semblables à des araignées accrochées à ses branches nues ont de quoi surprendre !

Besoins vitaux : surtout une terre non calcaire ne se gorgeant pas d’eau en hiver.

Entretien : les 2 premières années de plantation, il apprécie d’être paillé et arrosé.Un apport de corne torréfiée ou de compost au printemps stimulera sa croissance. En fin d’été un apport d’engrais ( type rosiers ) encouragera la floraison. Enfin une bonne nouvelle : inutile de le tailler : il fleurit même sur le vieux bois.

Meilleures variétés :

  • Hamamelis mollis : le plus parfumé et le plus résistant au calcaire.
  • Hamamelis X intermedia « Ruby Glow » : exceptionnel par sa coloration automnale.

Liquidambar

Un nom étrange qui vient de l’espagnol et qui signifie « ambre liquide » : allusion à la couleur de sa sève. Celle-ci fut employée en parfumerie et en médecine.

Besoins vitaux : il apprécie les sols humides, non calcaires et supporte le bord de mer à condition d’être protégé des vents forts.

Entretien : Après la plantation et les soins classiques du premier été, ne vous en souciez-plus. Remarque : il souffre d’être transplanté et met 2 ou 3 ans à reprendre.

Meilleures variétés :

  • L.Styraciflua (copalme) : arbre type qui possède une silhouette conique, ses feuilles s’enflamment à l’automne le faisant ressembler à un érable.
  • Cultivars intéressants : « Aurea » aux feuilles tachetées de jaune. « Worplesdon » au port pyramidal et à la coloration automnale cuivrée.

Parrotia

Banal en été, cet arbre au port étalé avec des branches qui ont tendance à pousser à l’horizontal, devient unique au printemps et à l’automne. Dès mars, son bois gris se couvre d’étamines rouges, avant même l’apparition des feuilles. En automne, son incandescence rappelle les membres de sa famille.

Besoins vitaux : rustique, il nécessite peu de soins. Ses préférences vont tout de même à un sol frais et fertile. C’est en plein soleil que le spectacle automnal sera le plus beau !

Meilleure variété :

  • P.persica : son tronc pelé évoque celui de certains platanes.

familles de plantes, la famille des Hamamélidacées, types, spécificités

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *