Les fleurs des champs

Beaucoup de fleurs annuelles ont en commun d’avoir conservé la grâce champêtre des fleurs sauvages qui poussent parmi les herbes folles, dans les prés et les petits chemins. Elles ont aussi gardé de leur origine sauvage un tempérament peu exigeant et la faculté de se ressemer tout seules, donnant une touche de naturel incomparable. Rester dans le ton de cette simplicité, et proscrivez les variétés doubles, trop sophistiquées, et faites de grandes taches en mélangeant les graines entre elles avant de les semer à la volée, en mai. Certaines de ces fleurs sont si rustiques que vous pouvez les semer en septembre ou octobre et leur laisser passer l’hiver dehors : elles donneront l’année suivante une floraison plus précoce et beaucoup plus généreuse. En agissant ainsi, vous ne faites guère que reproduire ce qui se passe spontanément dans la nature, où les graines commencent à germer dès l’automne. Nos aïeux ne pratiquaient pas autrement pour leurs jardins de curé.

Le limnanthe : le limnante de Douglas n’a pas son pareil pour alléger et donner de la gaieté aux massifs et aux murets. Sa petite taille (à peine 20 cm) le fait apprécier surtout en bordures ou en ourlets de massifs, et même au pied des rosiers. Après une période où ses graines étaient introuvables on le retrouve couramment aux fêtes des plantes de printemps, vendu en godets. Laissez-le tranquille et il se ressèmera allègrement, vous gratifiant de sa floraison chaque année. Il vous suffira de repiquer les plants en excédent dans les endroits où vous souhaitez voir pétiller ses corolles blanches à cœur jaune, qui lui ont valu le surnom d’œuf au plat. Parfois, si le temps est à l’orage, le plant attrape une sorte de fonte et disparaît inexorablement.

Le pied d’alouette : Une vraie fausse mauvaise herbe. Il n’est pas besoin de chercher loin dans la généalogie des pieds d’alouette pour retrouver la dauphinelle qui surgit dans les champs de blé non traités aux désherbants, autant dire une rareté aujourd’hui. Une fois apprivoisé, il est devenu une des meilleurs fleurs pour les bouquets, où ses hampes de quarante à cinquante fleurs, largement espacées, peuvent durer près de quinze jours. En massif, il vaut mieux pincer les plants quand ils ont 20 cm de haut pour obtenir des touffes ramifiées, à la floraison plus élégante et aussi plus durable.

 

L’ipomée : Une volubile draperie. Avec leur allure de liseron géant, les ipomées sont les plus naturelles de toutes les fleurs annuelles grimpantes. Nous vous recommandons de les semer ou de les planter à exposition nord-est plutôt que plein sud où le feuillage fane chaque après-midi. Pas de semis précipité, les jeunes plants détestent les terres froides qui les font jaunir. Vous serez plus avisés d’attendre la fin mai, et de semer en poquet, après avoir légèrement incisé les graines, à la peau très dure. Paillez en été pour économiser bien des arrosages.

Le bleuet : La naïveté faite fleur. les centaurées barbeau sont les cousines améliorées de nos bleuets des champs. On connaît moins la centaurée odorante, aux jolis coloris pastel et au parfum de miel. Ces fleurs annuelles bon enfant peuvent être semées en septembre-octobre : elles passent l’hiver à l’état de rosette et se développent au printemps pour former des touffes énormes. Cela ne les empêche nullement de s’effondrer parfois brutalement, en pleine floraison. Vous disposerez quelques rameaux de noisetier pour soutenir leur végétation.

fleures annuelles de champs,  Le bleuet, Le pied d’alouette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *