Les cochenilles cachottières

Généralités

Nombreuses et variées, les représentantes de cette famille peuvent envahir insidieusement presque toutes les parties d’une plante. On distingue deux types de cochenilles : celles à carapace brunâtre qui se fixent sur les plantes et ne bougent pas et les farineuses couvertes de filaments dotées d’une mobilité laborieuse. Toutes deux bénéficient de la protection d’une sorte de cire qui les protège des traitements insecticides. Elles ont en plus la particularité de se multiplier à vitesse V et de protéger leurs œufs dans une sorte de cocon.

Les plantes sensibles sont principalement :

Nombreuses plantes d’intérieur : surtout fusains, agrumes, fougères, ficus, yucca, palmiers, dracaena, laurier-rose, orchidée, cactées, clivia, plantes grasses….

D’autres cochenilles spécifiques s’attaquent aux : Arbres fruitiers : pommier, poirier, pêcher, olivier. Arbres d’ornement : conifères, if, tilleul, érable, mûrier, catalpa…

Epoque d’apparition et mode d’action :

Hélas toute l’année autant en plein air qu’en appartement. Les cochenilles sont surtout visibles à la face inférieure des feuilles, le long des nervures. Grâce à leur stylet piqueur-suceur, elles se gavent de sève élaborée et rejettent un miellat collant. Parfois, elles intoxiquent la plante dont les feuilles jaunissent et tombent.

Conséquences pour la plante :

Le miellat favorise l’apparition d’un champignon microscopique noir et poudreux : la fumagine. Les plantes les plus affectées sont celles de serres ou d’appartement. Elles ne poussent plus et peuvent même mourir. Les cactées sont particulièrement sensibles car elles pourrissent sous les attaques répétées. Les arbres et arbustes de plein air ne sont pas vraiment affectés sauf si les attaques sont très importantes.

Que faire :

Sachez que les cochenilles apprécient les fortes températures, et celles qui s’attaquent aux racines sont favorisées par des terreaux desséchés.

Pour venir à bout des cochenilles des plantes d’intérieur, il ne faut pas hésiter à répéter 3 ou 4 fois les traitements à une semaine d’intervalle. Il existe de nombreux produits anti-cochenilles souvent à base de malathion et d’huile. Eloignez les plantes traitées de la lumière quelques jours et des enfants.

En ce qui concerne les plantes de plein air, une certaine régulation se fait grâce aux oiseaux, aux coccinelles et à une petite guêpe qui pond à l’intérieur du corps de la pauvre cochenille…Faites confiance aussi à des insecticides huileux (paraffine, colza) non toxiques pour l’homme et les auxiliaires cités précédemment. Ils asphyxient les cochenilles lorsque celles-ci sont encore jeunes (début d’été, en général).Il est possible de traiter en fin d’hiver également.

maladies de plantes, les cochenilles cachottières, prévention, traitement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *