Tulipier de Virginie

Liriodendron (tulipier de Virginie)tulipier de virginie

C’est un arbre remarquable pour les grands espaces. Planté en isolé à proximité d’une pièce d’eau, il bénéficie avantageusement de l’humidité qu’elle procure au terrain.
Famille des Magnoliacées
Exposition :
Type : arbre Origine : du Canada à la Floride

Caractéristiques :

Cette plante est plus connue sous le nom de tulipier. En effet, ses fleurs rappellent la forme de la tulipe. On connaît 2 espèces de Liriodendron, seul Liriodendron tulipifera, le tulipier de Virginie, est utilisé dans les jardins. Il est spontané dans toute l’Amérique septentrionale, du Canada à la Floride.
Ce bel arbre atteint 30 à 40 m de haut dans sa région d’origine. Moyennement ramifié, il a une croissance lente. Adulte, il peut couvrir une surface importante. Il possède de grandes feuilles caduques, sans poils, vert vif pendant toute la belle saison, devenant jaune d’or à l’automne. Ces feuilles, à l’aspect tronqué, possèdent à la base deux lobes ronds et à l’extrémité deux lobes pointus disposés en angle droit.
La floraison, qui a lieu en juin-juillet, commence lorsque l’arbre est devenu adulte, vers 25 ans ; elle produit de grandes fleurs solitaires en forme de tulipe à sépales blanc verdâtre et à pétales jaunâtres, que l’on distingue assez peu du feuillage. Les fleurs sont suivies de fruits en forme de cônes allongés recouverts d’écailles qui se désagrègent à maturité.

Espèces et variétés :

Une seule espèce est cultivée en France, où elle a été introduite à la fin du XVIIe siècle, il s’agit de Liriodendron tulipifera. C’est le type que l’on trouve le plus souvent dans les catalogues, parfois sous le nom de tulipier de Virginie.
Il en existe quelques variétés : ‘Fastigiatum’, connue également sous le nom de ‘Pyramidale’, à port dressé (elle peut être utilisée dans des surfaces moins grandes) ; ‘Aureo-marginatum’, à feuillage nettement panaché au printemps ; ‘Integrifolium’, à feuilles entières sans lobes.

Culture :

Le tulipier se plaît dans les sols profonds et frais. Il supporte mal la taille ; la croissance gagne à rester libre.

Multiplication :

Elle se fait principalement par semis, en automne. Les produits obtenus sont très souvent dissemblables. La levée est échelonnée, mais se situe souvent au printemps, dans un mélange de terre de jardin et de terre de bruyère. Le semis étant fait en plein air, il est nécessaire d’assurer la protection des jeunes plants par une légère couche de feuilles mortes lors du premier hiver.
Les liriodendrons ont une racine pivotante et supportent mal la destruction du chevelu : il vaut mieux transplanter les sujets très jeunes, ou, les repiquer en pot, et continuer la culture en pot jusqu’au moment de la mise en place. Les variétés sont multipliées par greffage, en incrustation sur un Liriodendron tulipifera de semis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *